La Règle d’Or au quotidien

Tout en me basant sur le livre de Napoléon Hill « Les Lois du Succès », je vais vous révéler maintenant, non pas une chose que je pense être vraie, mais une chose dont JE SAIS ÊTRE VRAIE !
Appliquer La Règle d’Or au quotidien est la meilleure façon d’améliorer votre vie et être heureux. Et ce ne sera pas une tâche facile.

Des preuves concrètes

Si vous voulez une preuve concrète de la véracité de La Règle d’Or, je serai incapable de vous satisfaire si ce n’est par un seul témoin qui est vous-même. Vous ne pourrez avoir des preuves concrètes que si vous expérimentez et pratiquez vous même cette loi.

Si vous voulez des preuves plus solides et plus réelles, j’ai l’honneur de vous indiquer les enseignements et la philosophie de Jésus Christ, Platon, Socrate, Épictète, Confucius, Emerson, James et Münsterberg car c’est à partir de leurs oeuvres que les plus importants principes fondamentaux de cette loi ont été élaborés.

La Règle d’Or

Nous avons simplement considéré la philosophie de la Règle d’Or comme une règle de conduite morale saine, mais nous n’avons pas compris la loi sur laquelle elle est fondée.

J’ai entendu la Règle d’Or citée des dizaines de fois, mais je ne me rappelle pas avoir entendu parler de la loi sur laquelle elle est fondée. Ce n’est que récemment que j’ai moi-même compris cette loi, c’est pour cela que je pense que ceux qui la citaient ne la comprenaient pas entièrement.

La Règle d’Or est essentiellement de traiter les autres comme on aimerait être traité soi-même.

Pourquoi traiter les autres avec amabilité ?

Mais pourquoi ? Pour quelle raison réelle devrait-on traiter les autres avec amabilité ?

En voici la réponse : Parce qu’on récolte ce que l’on sème. C’est une loi éternelle.

Lorsque vous choisissez la règle de conduite à laquelle vous conformer dans vos échanges avec les autres, vous serez sans doute juste et honnête si vous savez qu’en fonction de votre choix, vous déclenchez un pouvoir qui suivra son cours, pour le bonheur ou le malheur des autres, et qui, en retour, selon sa nature, vous aide ou vous paralyse.

« Ce que l’homme sème, il le récoltera. »

Vous avez, bien sûr, le droit de traiter les autres injustement mais si vous comprenez la loi sur laquelle la Règle d’Or est fondée, vous devez aussi savoir que vos injustices « se retourneront contre vous ».

Vous ne pouvez ni changer ni déformer le cours de cette loi, mais vous pouvez vous adapter à sa nature et ainsi l’utiliser comme une force irrésistible qui vous mènera au bonheur que vous n’auriez jamais atteint sans son aide.

Penser des autres comme vous voudriez qu’ils pensent de vous

Cette loi ne se limite pas seulement à vous faire subir les conséquences de vos actes injustes et rudes envers les autres. Elle va encore plus loin – beaucoup plus loin – en vous faisant subir les résultats de chaque pensée que vous émettez.

C’est pourquoi, il faut non seulement « traiter les autres comme vous voudriez qu’ils vous traitent », mais pour profiter pleinement des bénéfices de cette extraordinaire Loi Universelle, vous devez aussi « penser des autres comme vous voudriez qu’ils pensent de vous ».

La loi sur laquelle est fondée la Règle d’Or vous affecte, en bien ou en mal, dès le moment où vous émettez une pensée.

Le fait que les gens ne l’aient pas bien comprise est presque une tragédie mondiale. Malgré la simplicité de cette loi, tous ses principes sont d’une valeur inestimable pour l’humanité car c’est le moyen par lequel nous devenons maîtres de notre propre destin.

Le grand changement de mentalité

Durant les époques de l’ignorance et de l’intolérance, certains des plus grands penseurs du monde ont payé de leurs vies pour avoir osé découvrir cette Loi Universelle afin que tout le monde puisse la comprendre.

Du point de vue de l’histoire de l’humanité, c’est encourageant de voir que les hommes rejettent progressivement le voile de l’ignorance et de l’intolérance. La preuve en est que je suis ici, en sécurité, en train d’écrire des choses qui m’auraient coûté la vie il y a quelques siècles.

Tout homme veille à ce que son voisin ne le trompe pas. Mais vient un jour où il commence à veiller à ne pas tromper son voisin. Alors, tout va bien. Il a échangé sa charrette du marché pour un char du soleil.

Prenez une attitude active envers la Règle d’Or

Une attitude passive envers la Règle d’Or ne donnera aucun résultat. Il ne suffit pas simplement de croire en cette philosophie, il faut également l’appliquer dans vos rapports avec les autres. Si vous voulez obtenir des résultats, vous devez prendre une attitude active envers la Règle d’Or. Une simple croyance en sa véracité ne vous mènera nulle part.

Cela ne servira à rien non plus de proclamer au monde entier que vous croyez en la Règle d’Or alors que vos actions ne sont pas du tout en harmonie avec vos déclarations.

Autrement dit, vous ne gagnerez rien en faisant semblant de pratiquer la Règle d’Or alors qu’au fond, vous utilisez cette loi universelle dans le seul but de dissimuler votre nature avare et égoïste. Ne vous faites pas d’illusions. Même la personne la plus ignorante « flairera »  votre vraie nature.

« Le caractère humain se manifeste toujours tout seul. Il est impossible de le cacher. Il hait l’obscurité et se précipite vers la lumière… »

Nous sommes ce que nous méritons

« Un homme est ce qu’il mérite. Ce qu’il est s’imprime sur son visage, sur sa forme, sur sa fortune, en lettres claires que tout le monde peut lire, sauf lui-même… Si l’on ne vous soupçonne pas de faire quelque chose, ne le faites jamais. Un homme peut jouer le fou perdu dans un désert mais chaque grain de sable semblera le voir. » – Emerson.

C’est la loi sur laquelle la philosophie de la Règle d’Or est basée et à laquelle Emerson a fait référence dans la citation précédente. C’était cette même loi qu’il avait à l’esprit quand il écrivit ce qui suit :

« Chaque violation de la vérité est non seulement une sorte de suicide dans le menteur, mais est un coup à la santé de la société humaine. Le cours des évènements impose un prix destructif au mensonge le plus profitable. Donc, la franchise s’avère être la meilleure tactique, car elle invite à la sincérité, place les deux parties sur une bonne base et rend leur collaboration aimable. Faites confiance aux autres et ils se montreront sincères avec vous. Traitez-les bien et ils se sentiront importants bien qu’ils fassent une exception en votre faveur à toutes leurs règles de commerce. »

Douez vos pensées d’une puissance créatrice

La philosophie de la Règle d’Or est fondée sur une loi que personne ne peut enfreindre. Cette loi est la même que celle décrite sur la Pensée Précise, à travers laquelle les pensées personnelles se transforment en une réalité qui correspond exactement à la nature de ces pensées.

« Lorsque nous nous accordons pleinement à la puissance créatrice de notre pensée, nous pourrons atteindre nos objectifs soit par nos propres efforts, soit aux dépens des autres. Mais puisque nous partons de l’hypothèse que nous pouvons réaliser ce que nous désirons, le moyen le plus simple pour y arriver est d’utiliser nos propres efforts. Et comme la pensée n’a aucune limite, nous n’avons pas besoin de faire un gros effort. Ceux qui veulent trouver leur propre chemin de cette manière devraient arriver à bannir la discorde, la pauvreté, la maladie et la tristesse de cette Terre. »

La coopération à la place de la compétition

« La loi de l’individualité de l’Homme est, donc, la Loi de la Liberté et elle est également l’Évangile de la paix ; car quand on comprend vraiment la loi de notre propre individualité, on voit que la même loi trouve son expression chez tout le monde. Par conséquent, nous allons estimer cette loi chez les autres exactement dans la même proportion que chez nous. »

« Faire cela c’est suivre la Règle d’Or, c’est-à-dire traiter les autres comme on aimerait être traité soi-même. Et comme nous savons que la Loi de la Liberté chez nous-mêmes nécessite la libre utilisation de notre puissance créatrice, nous ne sommes plus incités à empiéter sur les droits des autres car nous pouvons satisfaire tous nos désirs en appliquant notre connaissance de cette loi. »

« À mesure qu’on comprend cela, la coopération prendra la place de la compétition, avec pour résultat la disparition de tous les motifs d’hostilité, que ce soit entre les individus, les classes ou les nations… »

(La citation précédente est extraite de l’oeuvre Mystère et signification de la Bible, du feu Juge T. Troward, publié par Robert McBride & Company, New York City. Le juge Troward est l’auteur de plusieurs volumes intéressants, parmi lesquels The Edinburgh Lectures (Les conférences d’Edinburgh), qui est recommandé à tous les étudiants de ce cours.)

Il n’y a pas de succès sans bonheur

Si vous souhaitez savoir ce qui arrive à quelqu’un qui néglige totalement la loi sur laquelle est fondée la philosophie de la Règle d’Or, repérez une personne de votre entourage qui vit dans le seul but exclusif d’accumuler des richesses et qui n’a aucune scrupule de conscience quant à la manière utilisée pour atteindre son objectif.

Étudiez cette personne et vous verrez que son âme est dépourvue de chaleur humaine ; il n’y a aucune bonté dans ses mots et aucune bienveillance sur son visage. Il est devenu l’esclave de son propre désir de s’enrichir. Il est trop occupé pour pouvoir jouir de la vie et trop égoïste pour vouloir aider les autres à en jouir. Il marche, parle et respire mais il n’est qu’un robot humain. Et pourtant, nombreux sont ceux qui envient un tel homme et qui rêvent de pouvoir occuper sa position, croyant stupidement qu’il a atteint le succès.

Il ne peut jamais y avoir de succès sans bonheur et personne ne peut être heureux sans rendre les autres heureux. De plus, cet acte doit être volontaire et avoir comme seul but de mettre du soleil dans le coeur de ceux qui sont lourdement accablés par les fardeaux.

George D. Herron avait à l’esprit la loi sur laquelle la philosophie de la Règle d’Or est fondée quand il a affirmé :

« Nous avons beaucoup parlé de la confrérie à venir ; mais la confrérie a toujours été présente dans notre vie, bien avant qu’elle ne devienne un sentiment moderne et inspiré. Seulement, nous étions confrères dans l’esclavage et dans le tourment, dans l’ignorance et dans sa perdition, dans la maladie, la guerre et la misère, dans la prostitution et l’hypocrisie. »

« Ce qui arrive à l’un d’entre nous arrivera tôt ou tard à nous tous. Nous avons toujours été inévitablement entraînés vers un destin commun. Le monde a constamment tendance à se mettre au niveau de l’individu inférieur ; et cet individu inférieur est le dirigeant réel du monde, il l’étreint à sa poitrine et l’entraîne dans sa mort. »

« Vous ne le pensez pas mais c’est la vérité. Car s’il y avait un moyen qui permettrait à certains d’entre nous d’être libre sans dépendre des autres, d’avoir le paradis au lieu de l’enfer, d’échapper aux maladies, aux dangers, aux misères et aux besognes, alors notre monde serait en effet perdu et condamné. »

« Mais puisque les gens n’ont jamais été capables de se dissocier des souffrances et des maux des autres, puisque l’histoire nous démontre clairement que nous ne pouvons échapper à la confrérie, puisque notre vie entière nous enseigne que nous devons constamment choisir entre la confrérie de la souffrance et la confrérie de la joie, il ne nous reste, donc, qu’à choisir la confrérie d’un monde coopératif, avec toutes les conséquences qui en découlent – les fruits de l’amour et de la liberté. »

La guerre mondiale nous a conduits à une époque d’effort commun par lequel la loi du « vivre et laisser vivre » surgit comme une étoile brillante pour nous guider dans nos rapports avec les autres.

Ce grand appel universel pour un effort commun prend des formes diverses, parmi lesquelles Rotary Clubs, Kiwanis Clubs, Lions Clubs et de nombreux autres clubs de déjeuner qui réunissent des gens dans un esprit de relations amicales, car ces clubs marquent le début d’une époque de compétition amicale dans les affaires. La prochaine étape sera une alliance plus étroite entre tous ces clubs dans un esprit évident de coopération amicale.

La tentative de Woodrow Wilson et de ses contemporains d’établir la Ligue des Nations, suivie des efforts de Warren G. Harding de soutenir la même cause sous le nom de Tribunal International, ont marqué la première tentative dans l’histoire du monde de rendre la Règle d’Or efficace en tant que point de rencontre pour toutes les nations du monde.

On ne peut éviter le fait que le monde soit conscient de la vérité déclarée par George D. Herron : « Nous choisissons constamment entre la confrérie de la souffrance et la confrérie de la joie. »

 

La guerre mondiale nous a appris – ou plutôt nous a contraints – à admettre que si une partie du monde souffre, le monde entier en sera affecté. J’attire votre attention sur ces faits, non pas dans le but de vous faire un discours sur la morale mais pour que vous vous concentriez sur la loi fondamentale grâce à laquelle ces changements se sont produits.

Depuis plus de 4 000 ans, le monde a réfléchi

 

à la philosophie de la Règle d’Or et cette réflexion est à présent mise en pratique pour le bénéfice de ceux qui l’ont appliquée.

Si vous saisissez la signification du formidable changement survenu dans le monde depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, ainsi que le sens de tous ces clubs et d’autres rassemblements similaires qui réunissent hommes et femmes dans un esprit de coopération amicale, vous réaliserez certainement que c’est le moment propice pour en profiter en adoptant cet esprit de coopération amicale comme base de votre propre philosophie.

Autrement dit, il doit être évident pour tous ceux qui désirent penser correctement que ne pas choisir la Règle d’Or comme fondement de leur philosophie équivaut à un suicide économique.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

in elit. Praesent accumsan tempus lectus suscipit